Web3 et sobriété énergétique ou le nouvel enjeu de l’ESG

web3 blockchain Nft ESG Cryptomonnaie Metaverse Avocat

Le Web3 s’invite dans toutes nos discussions de cette rentrée 2022, cette itération des usages de l’Internet sera au centre des réflexions sur la Sobriété Energétique des activités du numérique.

La métrique de l’ESG « Environnement Social et Gouvernance » va s’intégrer aux nouveaux usages du Web3 et des solutions novatrices existent déjà, pour permettre aux entreprises de relever le défi de l’innovation numérique portée par l’émergence du Web3

Sommaire :

I ) Web3 petit rappel sur les fondamentaux pour une expérience réussie :II) Le Web3 rime avec « informatique distribuée » et « décentralisation »:

II) Le Web3 rime avec "informatique distribuée" et " décentralisation" :

III)  Web3 et sobriété énergétique : l’anticipation du nouvel enjeu de la rentrée 2022

 IV )Brève conclusion :

 

I ) Web3 petit rappel sur les fondamentaux pour une expérience réussie :

Dans quelques jours commencera la « première rentrée » où nous avons découvert un concept particulièrement discuté depuis un an.

Ce mot magique « Web3 » est issu de la technologie de rupture portée par la Blockchain et les technologies du virtuel.

En parler va toujours par « 3 » c’est-à-dire :

Depuis la déclaration de Marc ZuckerBerg en octobre 2021 lorsqu’il a modifié son modèle économique pour orienter « Facebook » vers une nouvelle « Tokenomics » fondée sur le Metaverse, nous avons appris que le Web3 est construit :

  • Sur technologie Blockchain,
  • Il repose sur la « décentralisation »,
  • Il permet de garder la propriété de ses actifs numériques et d’en tirer des revenus, par la fameuse « monétisation».

Les grandes entreprises habituées à une animation de leur « image de Marque » se sont déjà approprié les « cas d’usage » des expériences immersives.

Les PME /TPE s’y mettent aussi alors nous vous présentons les nouveautés de la rentrée !

II ) Le Web3 rime avec « informatique distribuée » et « décentralisation » :

II -1 ) Le Web3 : un réseau distribué 

L’informatique distribuée ou les systèmes distribués reposent sur une architecture ou plusieurs « nœuds » ou « nodes » en anglais possédant chacun une mémoire sont interconnectés pour « communiquer » entre eux et transmettre des messages grâce un protocole commun.

L’informatique « distribuée » consiste à organiser des bases de données de très gros volumes pour des usages multiples comme notamment :

  • La distribution des calculs à très grande échelle sur des systèmes de stockages partitionnés et distribués tels que, par exemple, les modules de l’architecture Hadoop, à savoir le framework MapReduce ou le système HDFS.
  • Mais c’est aussi la multiplication des serveurs où sont stockés d’immenses bases de données d’informations.

Ces « bases » reliées entre elles sont constituées en « chaîne de blocs » par la technologie Blockchain.

Ces blocs organisés en réseau adoptent un « protocole » pour fixer les conditions dans lesquelles un groupe de validateurs décide ensemble de valider des transactions :

Ces transactions sont validées sur la base d’une « preuve » qui en Blockchain est :

  • Soit la preuve de travail « Proof of Work », (POW)
  • Soit la preuve d’Enjeu « Proof of stake » (POS)

Il existe d’autres « preuves » mais on va rester simple.

II – 2 ) Le Web3 : un réseau décentralisé 

Il fonctionne grâce à une organisation « distribuée » qui permet l’échange de toute sorte de valeur ou d’actifs : Les Tokens :

Toute information « stockée » dans les bases de données de gros volumes peut être « tokénisée » pour être échangée de « pair à pair », c’est-Le Web3 rime aussi avec un nouveau concept de l’identité numérique :

Dans le Web3 l’utilisateur interagit avec des applications pour des usages déterminés, et il peut décider des données qui vont pour chaque interaction constituer la facette de son identité numérique selon le contexte de l’utilisation.

II -3 ) Le Web3 repose sur des technologies permettant de vivre des expériences interactives :

Dans le Web3, on utilise plus l’Internet pour « lire du contenu » de manière statique. (C’est par exemple ce que vous faites actuellement en lisant mon article !)

On utilise une technologie mise à disposition par un éditeur de plateforme pour « vivre des expériences immersives » « dans » une page Web3.

Pour cela lorsque l’on dit que le Metaverse n’existe pas encore vraiment c’est à la fois faux et vrai.

C’est faux parce qu’il y a bien actuellement des plates-formes Web3 qui mettent à disposition des espaces virtuels de différentes natures et dimensions pour y faire des expériences.

Ces plates-formes Metaverses sont souvent spécialisées par activité :

Le « Gaming » avec les expériences « Play to earn » (P2P) qui sont basées sur le jeu où l’on vient dans un espace par différentes interactions :

  • Sans doute participer au jeu et le cas échéant l’améliorer et recevoir des récompenses ou reward en anglais.
  • Mais surtout pour interagir dans le jeu en achetant des actifs numériques pour jouer.

La génération de ces actifs virtuels à l’occasion du jeu permet à « l’utilisateur -joueur » de générer des « revenus passifs ».

On reviendra par d’autres articles sur la « relative limitation » parfois insoupçonnée de ce fameux nouveau droit à la propriété numérique issue des espaces « Metaverse » ou « Web3 ».

En effet l’acquisition de la propriété d’actifs numériques se fait par l’intermédiaire d’une licence d’utilisation dont les droits peuvent « restreindre » son droit à transférer l’actif en dehors du jeu ou de la plateforme où il a été créé.

Les expériences virtuelles interactives les plus « friendly » en 2021 sont celles liées aux activités de l’événementiel en ce compris le « ESport » et la « Mode ».

Les grandes entreprises habituées à une animation de leur « image de Marque » se sont déjà approprié les « cas d’usage » des expériences immersives.

L’une des enseignes les plus connues étant le magasin « Le Printemps » avec leur Virtual store, par exemple, où vous pouvez vous immerger pour acheter votre sac à main ou votre paire de basket de marque : https://web3.printemps.com/fr

Vous pouvez voir et, directement depuis leur site web de plus en plus  les PME /TPE s’y mettent aussi, alors nous vous présentons les nouveautés de la rentrée !

Le point commun de ces expériences repose sur l’animation de communauté grâce au mintage de « Fans Tokens », c’est-à-dire de jetons numériques pour les « fans » pour leur offrir des interactions et prises de décision.

Du « Fan Token » au NFT il n’y a qu’un pas et le « Non Fungible Token » lui aussi est rentré dans le langage commun de toute personne s’intéressant de près ou de loin à la « communication » et au « Marketing digital ».

Nous reviendrons par d’autres articles sur les nouveaux usages des expériences Web3 pour vous proposer nos commentaires.

Ce pour vous convaincre qu’une campagne Marketing NFT et Web3 ce n’est pas « que » du développement de smart contract.

C’est aussi de l’ingénierie contractuelle et juridique.

Par contre l’expérience Web3 en cette rentrée 2022 connaît sa « première mue » celle de prendre en compte les exigences de la « Sobriété énergétique ».

Cette « Mue » doit se faire dès cet automne dans un contexte d’urgence.

III )  Web3 et sobriété énergétique : l’anticipation du nouvel enjeu de la rentrée 2022 

Depuis 2020 les industries du numérique se sont lancées dans une démarche de réduction de l’empreinte environnementale liée à leurs activités.

Mais les graves déséquilibres dû à la guerre d’Ukraine sur l’approvisionnement énergétique de l’UE et de la France en particulier viennent changer la donne de cette nouvelle « Tokenomics ».

Le 28 juillet 2022 la Ministre de la transition énergétique, Madame Agnès Panier-Runacher associée au Ministre de la transition numérique et des télécommunications Monsieur Jean-Noël Barrot, ont réuni avant leur départ en vacances les représentants du secteur numérique pour une première réunion du groupe de travail « Numérique et télécommunications ».

Étaient présents à la réunion :

  • Le comité stratégique de filière « infrastructure numérique »,
  • La fédération française des télécoms,
  • Et Les 4 principaux opérateurs de télécommunications représentants de l’écosystème « French Tech, France Digitale, Numeum, et Star Industrie ».

Un plan d’action de mesures « simples » et « opérationnelles » devrait être partagé fin septembre.

Nous vous informerons.

Ce plan sera le reflet des efforts déjà en cours, mais avec sans doute des « engagements » et/ou « obligations » (?) nouvelles pour permettre de réduire l’empreinte énergétique de certaines activités.

Les engagements à prendre pour la sobriété énergétique devront en tout cas s’orienter vers une finalité essentielle pour le gouvernement :

  • Tout faire pour éviter des coupures intermittentes d’électricité pendant l’hiver 2023.

Certains gouvernements de pays voisins l’envisagent et l’annoncent comme la Suisse par exemple.

Pourtant l’écosystème du Web3 n’a pas été en reste et avait dès le mois de janvier 2022 anticipé les nouveaux comportements.

Le web3, dès cette rentrée 2022, devra être auditable pour la gouvernance ESG :

Nous ouvrons par cet article une réflexion et « veille juridique » sur ces problématiques importantes.

Nous commençons maintenant en soumettant à votre réflexion 2 articles intéressants.

Le web3 entre dans « l’ère de l’audit » et du reporting de l’impact environnemental pour tout projet utilisant la technologie de la Blockchain au sens très large.

 III – 1 ) Premier article :

En janvier 2022, un article d’ Axel Tombereau publié sur Médium sous le titre : « Is Web3 greener and more ESG-friendly than you think? », Ou en français :

  • « Web3 est-il plus écologique et plus respectueux de l’environnement que vous ne le pensez ? »

L’auteur y soulignait que potentiellement tout projet Web3 nécessitera à terme la justification d’un « reporting » de son impact environnemental :

Pourquoi alors ne pas anticiper d’ores et déjà sur une communication transparence de l’information sur le respect par les applications et expériences Web3 de la « sobriété énergétique ».

Ainsi tout projet Web3 « grand » ou « petit » en ce compris les campagnes de lancement de NFTs devront être pensés en ces termes.

Il s’agira d’une d’information « loyale » à délivrer sur le fonctionnement de la technologie sous-jacente de l’expérience Web3, :

L’auteur Axel Tombereau donne quelques exemples de gouvernance ESG (c’est-à-dire « Environnement, social et gouvernance ») comme celui de « Big Green DAO » en terminant son article par la phrase :

  • « Ce qui est mesuré est compensé, n’est-ce pas ? »

Il donnait ainsi l’exemple de « FinGreen AI » qui propose des solutions d’analyse de données intelligentes pour réaliser un reporting ESG.

 « Environnement, Social et Gouvernance » donc  sont les 3 principaux facteurs qui permettent d’évaluer le caractère durable d’un investissment.

Nous reviendrons sur la solution FinGreen AI pour vous la commenter.

Nous vous recommandons lors du mintage du NFT, quel que soit son usage, d’inclure d’ores et déjà dans les Métadonnées d’identification la métrique ou mesure de son impact environnemental.

Car au-delà des « autorités de régulation », une autre « autorité » pourrait exercer un autre pouvoir, celui du :

  • « Consommateur- utilisateur», ou « Adhérent à la communauté » de la Marque.

Celui-ci sera également très attentif à recevoir et donc « contrôler » l’information transparente se rapportant pour l’expérience Web3 à l’ESG pour orienter son choix de « consommer » ou pas l’activité Web3 et donc ses produits (animation et application Metaverse, NFTs, Tokens etc.).

Ce sans compter les « Comparateurs de normes ESG » qui pourront ainsi contrôler la métrique de « l’empreinte énergétique » ou la « sobriété énergétique » des différents projets.

Cette nouvelle activité des comparateurs de « métrique ESG » participera à la construction d’une « ESG-réputation » au même titre que le Web 2 a créé les normes de la « E-réputation ».

Sans compter que de toute façon au niveau de l’obtention des financements (en ce compris les levées de fonds) cette norme entrera en ligne de compte au titre de la mesure du financement durable.

Ainsi l’éditeur de l’expérience Web3 doit, et ce dès maintenant, intégrer la coalescence entre l’usage et les conséquences de l’usage des « services liés à l’émission de ses jetons » par des engagements de Gouvernance objectifs.

Voilà quant au premier article.

III -2 ) Le Deuxième article auquel je faisais référence :

Celui du 11 août 2022 écrits par Tony Zerucha sous le titre «Filecoin Green blends Web3, ESG trends »,

En français : « Filecoin Green mélange les tendances Web3 et ESG »

Reprenant l’idée d’Axel tombereau de janvier 2002, Tony Zerucha, souligne que le Web3 ne peut pas rater son rendez-vous avec la responsabilité environnementale.

Il confirme la nécessité d’une communication sur un reporting ESG.

Mais il donne des solutions pour :

  • Communiquer sur la « Data ESG» des activités.
  • Et apprendre à choisir son prestataire « Cloud Décentralisation» pour respecter la sobriété énergétique qui vient vers nous

La lecture de l’article est positive car il présente des méthodes innovantes issues de « cellules solaires », alliées à de nouveaux produits chimiques de batteries permettant de renouveler la manière dont le stockage distribué (voir ci-dessus), peut interagir avec les réseaux électriques.

Parmi ces méthodes il cite l’entreprise Filecoin ; un réseau de stockage décentralisé qui a intégré un protocole sur les gaz à effet de serre (GES) dans le Web3.

Le fonctionnement de Filecoin paraît bien novateur par une organisation « mutualisée » des offres de stockage des données sur son réseau.

Le but ici est de choisir le validateur qui offre le premier une capacité disponible pour stocker.

Lorsque le fournisseur de stockage a mis à disposition sa capacité de mémoire, il doit prouver qu’il stocke les données en toute sécurité et il reçoit alors la cryptomonnaie « Filecoin », en l’occurrence le FIL F.I.L.

Lorsqu'un client veut récupérer un fichier, il localise ceux qui peuvent l'avoir et choisit l'option la plus rapide ou la plus abordable.

Le fournisseur de stockage est payé et le fichier est récupéré.

Au fur et à mesure que des personnes demandent le fichier, d'autres peuvent l'ajouter à leur stockage, ce qui rapproche le fichier de son propriétaire.

 Les données circulent « en fonction de la demande » ce qui a un impact direct sur la rémunération de propriétaire du « nœud ».

Puis à la demande des clients, la plateforme a eu l’idée « d'évaluer » la quantité d'énergie consommée pour fournir les informations les plus utiles sur la consommation du réseau.

Le réseau « Filecoin » se connecte à des énergies renouvelables où :

  • Chaque nœud peut prouver d'où provient l'énergie qu'il utilise, et combien il en consomme pour stocker les données des clients.
  • Les fournisseurs de stockage bénéficient ainsi d'une aide à la durabilité avec des possibilités de subventions.
  • Les subventions sont accordées et votées par la communauté

Ainsi une communauté de développeurs Web3 se développe grâce à des rencontres, des hackathons et des subventions.

Enfin et surtout Filecoin contribue à rendre exploitable les données de consommation du réseau :

 Ce pour permettre de donner une image précise de la consommation d’énergie à chaque étape du processus entre le stockage et les transactions jusqu’à la l’utilisateur individuel.

Les personnes intéressées peuvent visualiser la consommation d'énergie d'un nœud spécifique pour une période de leur choix.

En utilisant l'emplacement et la consommation d'énergie de chaque nœud, Filecoin peut évaluer la répartition de la consommation d'énergie du réseau sur le réseau électrique.

Ces estimations sur la consommation de l'énergie, « nœud par nœud », permettent d’estimer où se trouve ce nœud, et ainsi de le connecter aux « certificats d'énergie renouvelable » vendus sur certains marchés d'énergie renouvelable existants.

Donc Filecoin peut fournir des données accessibles pour :

  • Permettre aux consommateurs de plus en plus conscients de voir leur impact et de choisir des fournisseurs d'énergie et des services qui s'efforcent également de minimiser leur impact.
  • Fournir des mesures horaires de leur consommation réelle à partir de racks de serveurs et de la production solaire sur les toits.

Ces données peuvent être envoyées aux auditeurs et stockées dans des formats de données natifs de Web3.

On assiste en direct à l’émergence d’une nouvelle spécialisation de métier dans l’écosystème du Web3 :

  1. Le fournisseur de données ou data ESG sur les applications et/ou le fonctionnement Blockchain
  2. Le fournisseur de prestations pour documenter et bien sûr tokéniser le reporting ESG de l’activité
  3. Construire les cadres documentaires de la mesure énergétique de la chaîne de valeur issue de l’usage de la technologie pour que tout utilisateur de celle-ci puisse aussi mesurer les effets de ses actions".

 IV ) Brève conclusion

Par cet article, nous souhaitions attirer l’attention des acteurs du Web3 et notamment des concepteurs des expériences sur les effets induits par la crise de l’approvisionnement énergétique issu de la guerre d’Ukraine.

Il en résulte que c’est à tort que le Web3 est accusé de participer de manière négative au changement climatique.

Il s’évince notamment de l’expérience Filecoin que cette technologie peut être porteuse du développement de solutions innovantes qui participent à la protection de l’environnement.

Si le Web3 veut conserver son ascension prometteuse et notamment bénéficier des investissements dont il a besoin pour développer ses projets innovants, il doit dès maintenant réfléchir à une nouvelle manière d’utiliser3 mesures  :

  • La technologie distribuée, l’exemple Filecoin est source d’espérance, et il y a aussi d’autres solutions à découvrir.
  • D’inclure la démarche ESG dans la gouvernance décentralisée de ses protocoles.
  • Que cette démarche fasse l’objet d’une information transparente à tous les stades de l’utilisation des applications en ce compris l’usage des NFTs.

A terme un NFT devra être créé By Design « NFT ESG » ou « Green NFT »

Nous vous préparons pour cette rentrée d’autres articles sur les enseignements à tirer des cas d’usage des expériences Web3 qui ont eu lieu cette année.

Notre cabinet se tient à votre disposition pour vous assister dans l’élaboration de vos CGU plates-formes Web3, et « expérience immersive Web3 ».

Notamment pour la conception de vos campagnes NFTs à destination de vos « communautés fans ».

Nous incluons dans cette démarche la compliance ESG pour vérifier la sobriété énergétique de tous vos projets Web.

N’hésitez pas à nous contacter.

À toutes fins utiles nous vous précisons que lorsque nous commentons un white Paper ou l’activité d’une société de l’écosystème, ici notamment « Filecoin » nous ne nous positionnons pas en « influenceur », nous ne sommes pas affiliés par un lien d’intérêt quelconque avec ces personnes.

Nous tentons de vous renseigner au mieux en vérifiant nos informations et en apportant le plus grand soin pour les porter à votre connaissance.

 Vous comme nous devez rester libres de vos appréciations.

Notre liberté d’expression est essentielle pour nous, notre seul objectif est de contribuer à lancer des réflexions sur des problématiques où cet écosystème de la Blockchain du Web3 et des cryptomonnaies est en totale construction.

Notre position est d’accompagner les porteurs de projets au sens très large et notre objectif principal est de vous communiquer des informations intéressantes.

Ce bien au-delà du choix que vous pourriez faire en vous adressant à notre cabinet pour vous accompagner.

Notre objectif est de vous faire partager notre passion pour ces "technologies de rupture" à propos desquels notre cabinet se forme en permanence.

À toutes fins utiles nous vous précisons que lorsque nous commentons un white Paper ou l’activité d’une société de l’écosystème, ici notamment « Filecoin » nous ne nous positionnons pas en « influenceur », nous ne sommes pas affiliés par un lien d’intérêt quelconque avec ces personnes.

Notre position est d’accompagner les porteurs de projets au sens très large et notre objectif principal est de leur communiquer des informations intéressantes.

Notre objectif est de vous faire partager notre passion pour ces nouvelles technologies à propos desquels notre cabinet se forme en permanence, de contribuer à lancer des réflexions sur des problématiques où cet écosystème de la Blockchain du Web3, et des cryptomonnaies est en totale construction en vérifiant nos informations et en apportant le plus grand soin pour les porter à votre connaissance.

Notre liberté d’expression est essentielle pour nous et tout comme nous, vous devez pouvoir rester libres de vos appréciations.

Vous ne comprenez pas un terme, n’hésitez pas à consulter les pages de notre onglet Data Literacy.

Article publié le 25 Août 2022

Véronique RONDEAU-ABOULY

Avocat Blockchain et DPO externe.

La rédaction de cet article a été conçue et organisée pour vous soumettre des informations utiles, des axes de réflexion pour une utilisation personnelle ou à visée professionnelle.

Il est mis à jour régulièrement, mais dans un contexte réglementaire et jurisprudentiel évoluant, nous soulignons que nous ne pouvons être responsables de toute péremption du contenu, ou de toute erreur juridique et/ou inexactitude qui pourrait se révéler en fonction de l’évolution,  le lecteur voudra bien considérer qu’en tout état de cause, pour une application personnalisée, chaque cas est unique et que bien sûr, le cabinet reste à votre disposition si vous avez une question précise à poser en lien avec cet article, nous nous ferons un plaisir de collaborer avec vous, n’hésitez pas à prendre contact ou à nous téléphoner.

Mots Clefs :

BlockchainWeb3 NFT -Token-Cryptomonnaie- ESG - Base de données distribuée - interopérabilité -

 

Crédits photos : Istock.com :

 

llustration sonore : Musique de Guazu

 

Titre : Guazu

 

Source: https://shikashika.bandcamp.com/album/guaz

 

Licence: https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.fr

 

Voix du commentaire sonore avec son aimable autorisation : Florence Dell’Aiera